Projet journalisme

Rencontre avec quatre rugbymans professionnels de Rouen

Par GUILLAUME SALEIX, publié le vendredi 13 avril 2018 01:01 - Mis à jour le vendredi 13 avril 2018 08:55
DSCF4806.jpg
Durant le mois de mars, le projet journalisme a permis aux six élèves de l'atelier relais de rencontrer des joueurs professionnels du Rouen Normandie Rugby : Simon MAILLARD, Robin BECQUET, Matthew FORD et Hugues BRIATT !

Le club de Rouen n'était pas un grand club au départ. C’est un club qui évolue de plus en plus au fil des années. Le club a l’ambition de devenir le grand club de la Normandie. Il y a beaucoup de joueurs étrangers dans l’équipe de Rouen, notamment des joueurs Anglais car la ville est située dans le nord de la France, donc proche de l'Angleterre.

Pour réussir à communiquer les joueurs étrangers font des efforts et prennent des cours de Français. Les joueurs nous ont expliqué qu'ils arrivaient à communiquer et que sur le terrain ils parlent tous avec des codes ou des mots qu'ils comprennent.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons demandé aux joueurs s’il fallait être costaud pour jouer au rugby. Ils nous ont répondu que la beauté de ce sport c’est qu’il faut des grands, des petits, des gros, des maigres et que tout le monde a sa place pour jouer. Faire de la musculation devient obligatoire pour jouer au rugby à haut niveau. Cela sert à mieux anticiper les coups et éviter les blessures, les chocs et c’est pour être plus performant.  

Nous avons aussi demandé à quel âge ils ont commencé à jouer. Ils nous ont répondu que c’était entre 5 ans et 12 ans pour beaucoup. Mais on peut aussi commencer plus tard, un des meilleurs joueurs de l’équipe a commencé à 20 ans.

L’équipement des joueurs dépend de leur poste, mais ils ont tous une base comme les crampons, les protèges tibias, le short, le maillot. Certains mettent aussi des casques ou des épaulettes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons demandé aux joueurs s’ils se blessent souvent et ils nous ont expliqué que ça pouvait arriver comme dans tous les sports. Parfois, ils se cassent le nez, si cela arrive ils le replacent aussitôt et ce n’est pas très grave.

Nous avons demandé s’il y avait des bagarres pendant les matchs. Les joueurs nous ont répondu en rigolant que cela dépend des divisions. Eux ne se battent pas souvent car sinon ils vont être longtemps suspendus et si un joueur les remplace pendant ce temps et qu’il est bon, ils risquent de perdre leur place et leur travail.

Les joueurs jouent leurs matchs le dimanche, le lundi ils font des étirements et des soins. Les mardi, mercredi et vendredi ils ont des séances  où ils commencent par de la musculation. Il y a des séances de rugby en effectif réduit mais aussi des entrainements où ils font du vrai rugby, se rentrent dedans et se font mal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les joueurs nous ont expliqué que pendant l'hiver ils sont dans la boue. Il y a moins de passion mais dans ces moment-là comme ils s'entendent tous très bien ils se serrent les coudes. Les moments qu'ils préfèrent tous c'est les matchs, ils prennent du plaisir et se donnent à 100%.

Nous avons demandé aux joueurs s’ils avaient un régime alimentaire particulier. Un des joueurs nous a dit que certains font attention, d’autres moins.

Les joueurs de rugby nous ont expliqué qu'ils pouvaient vivre du rugby et que le salaire dépend des postes. Le poste le mieux payé est le poste de pilier français car il est plus recherché que les autres. Ils sont 36 joueurs dans l’équipe et ils sont tous salariés.

Les joueurs de rugby de Rouen nous ont expliqué qu'il y a deux de leurs joueurs qui ont joué ou ont été sélectionnés en équipe de France : Gabin Villiere et Matthew Ford. L’un d’eux joue en rugby à 7 et a fait des matchs à Las Vegas et au Canada avec l’équipe de France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous ne pensions pas que les joueurs avaient autant de temps libre et de vacances. Ils nous on dit qu’ils ont beaucoup de jours « off » dans la semaine (le lundi et le jeudi). Ils finissent en général à 16h car avec les matchs sinon ils ne peuvent pas donner le meilleur d’eux-mêmes. Les joueurs ne jouent que certains week-ends et ils aiment aussi faire d'autres choses ensemble.

Les joueurs organisent des actions en aidant les plus jeunes, en étant partenaires d’autres clubs, mais aussi en allant voir les malades à l’hôpital ou en allant en prison rencontrer des personnes détenues. Les joueurs nous ont expliqué que ça ne coutait pas grand-chose d’aider en faisant des petites actions, en parlant de leur sport ou en jouant au rugby. Ils ont une volonté de transmettre un message aux autres.

La relation avec le manager est plutôt bonne, il y a un respect mutuel. Mais comme le manager doit faire des choix d’équipe pour les matchs, sur l’équipe de 36 joueurs seulement 23 joueront. La quinzaine d'autres joueurs qui n’est pas sélectionnée peut être déçue.

Un article rédigé par Romain (6ème), Ayoub, Matéo et Erwan (5ème), Mattéo et Hawa (4ème) accompagnés par Guillaume VIGER (CEMEA de Normandie)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le making of :

Ayoub : J'ai aimé la rencontre avec les joueurs. Ils étaient drôles, sympas et musclés ! Ils nous ont donné des autographes, nous ont aussi montré leur trophée et pris des photos avec nous.

Romain : J'ai pensé que cette sortie était intéressante. Je pense que le rugby est un bon sport. Les joueurs que nous avons rencontrés ont été très sympas avec nous, parfois ils rigolaient à nos questions.

Mattéo : La sortie était superbe. On a rencontré les joueurs professionnels de l’équipe de Rouen, on a discuté, on a rigolé. Les joueurs nous ont appris des choses et on s’est bien amusé.

 

 

 

 

 

Hawa : Pour moi cette sortie était très bien car j'ai appris de nouvelles choses et ça m’a permis de voir des joueurs professionnels. On est allé au stade Mermoz en bus et en métro. Nous étions un groupe de 6, ça nous a permis de tous parler et de nous exprimer.

Erwan : Les joueurs nous ont invité à aller voir un match au stade Diochon de Rouen. Ils seront en demi finale play off pour la montée en Pro D2 et ils joueront contre Albi, Bourg en Bresse ou Tarbes. Sinon j'ai beaucoup aimé l’interview. Les joueurs ont pris du temps pour nous répondre et en plus on a pu assister à la fin de l' entraînement.

Matéo : Je trouve que la sortie journalisme était cool car on a pu assister a la fin d'un entraînement de l’équipe et interviewer quatre membres de l’équipe. On a eu des posters (je les ai accrochés dans ma chambre), on a aussi eu des autographes. Les joueurs nous ont dit que certains des joueurs que nous avons interviewés avaient joué en équipe de France, ça m’a donné une petit envie de jouer au rugby. J'aurais aimé rester plus longtemps avec les joueurs du Rouen Normandie Rugby !