Projet journalisme

Le parkour de Richard

Par GUILLAUME SALEIX, publié le samedi 30 mars 2019 12:47 - Mis à jour le samedi 30 mars 2019 13:09
couv.jpg
Durant cette session, les élèves se sont intéressés au « parkour » ; l’art du déplacement ! Après avoir visionné le film Yamakasi, qui a rendu populaire cette pratique en France, les élèves ont interviewé Richard qui est entraineur dans un club.

Quand il était jeune, Richard faisait du foot, il était gardien et il sautait partout ! C’est toujours lui qui allait chercher le ballon quand il était coincé dans un arbre. Quand il jouait à « la gamelle », il montait se cacher sur les toits. Richard a toujours eu la passion de monter partout.

Richard fait du parkour depuis 7 ou 8 ans maintenant. Quand il a commencé, c’était surprenant car il arrivait à faire des choses que d’autres n’arrivaient pas. Mais Richard nous a dit que pour lui son niveau n’était pas assez bon car il ne travaillait pas assez : parce qu’il est assez fainéant, qu’il fait beaucoup de choses et qu’il manque de temps ! Richard pense qu’il pourrait donc être meilleur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Richard s'est fait mal trois fois à la cheville et il a dit qu’heureusement il ne s'était jamais cassé la cheville. Il met une bande pour la protéger avant de faire du sport. 

Richard n'est pas payé pour entraîner, il est bénévole dans son club et ça l’occupe beaucoup. Il aimerait bien que ça devienne son métier. Sinon, pour le moment le métier de Richard c’est chaudronnier à la SNCF.

Richard nous a expliqué la différence entre le parkour et le freerun. Le parkour consiste à aller d’un point A à un point B le plus rapidement possible. Dans le freerun, la différence c’est que l’on va escalader un mur ou faire des figures par exemple.

Richard nous a expliqué qu’il n’est pas interdit de faire du parkour en ville, il est possible d’en faire si on ne dérange personne et si on reste dans l’espace public. Richard nous a expliqué qu’on n’a pas le droit de faire du parkour sur les toits. Il nous a aussi dit qu’il faut directement obéir à la police si elle vient nous voir quand on fait du parkour.

Vidéo de Richard en ligne sur Vimeo

Richard nous a expliqué qu’on peut sauter de 5 à 6 mètres de haut grand maximum ! Mais il nous a aussi dit qu’il y a des gens qui arrivent à sauter de beaucoup plus haut en finissant leur saut avec une roulade. Mais on peut vraiment se blesser ou mourir si on retombe mal.

Richard nous a dit que plus on a peur, plus on risque de rater ses mouvements car les muscles se paralysent. Mais il nous a aussi dit qu’il ne faut pas non plus être une tête brulée !

Dans le club de parkour de Richard, il est possible de s’inscrire à partir de 6 ans, même si c’est jeune. Il y a des filles qui font ce sport. Quand on s’inscrit au club de parkour, on doit y aller étape par étape pour ne pas risquer de se blesser. Il faut y aller crescendo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Richard n’a jamais tourné dans un film mais son « sensei » (son maitre), celui qui lui a tout appris a déjà fait plusieurs courts métrages et il a tourné dans le film Hitman !

Richard ne connait pas les personnes qui ont tourné dans le film Yamakasi mais il a un ami qui les connait. Richard avait envie d’aller les rencontrer il y a quelques temps déjà et grâce à notre question on lui a refait penser à cette envie !

Richard nous a expliqué qu’il y avait parfois des trucages dans les vidéos de parkour et aussi dans les films.

Un article rédigé par Sofiane (6ème), Yazid, Illyass, Mathys, Rojin et Adem (5ème) accompagnés par Guillaume VIGER (CEMEA de Normandie).

Nous remercions vivement Richard et l’« Association Sportive Huang-Di  - Ecole de Sport de Combat » d’avoir répondu à notre demande d’interview. Leur site internet : https://www.as-huangdi-asso.fr/cascade-parkour/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le making of :

Mathys : Nous avons regardé le film Yamakasi avant que notre invité arrive. J’avais déjà vu le film. C’est un bon film avec de l’action. J’ai bien aimé. Avec l’invité, Richard, c’était plutôt bien. Il a répondu à nos questions !

Illyass : J’ai bien aimé le film Yamakasi, surtout quand le policier a présenté tous les Yamakasi les uns après les autres. La rencontre avec Richard était intéressante.

Sofiane : Le film Yamakasi était super, je l’avais déjà vu. Le moment que j’ai le plus aimé c’est quand Fatima voulait de suicider et que les « ninjas des temps modernes » l’ont sauvée. Et aussi quand ils arrivent à trouver de l’argent pour sauver le petit Jamel qui était malade. Le moment où j’ai le plus eu peur c’est quand Jamel est tombé de l’arbre et le moment le plus sensationnel c’est quand les Yamakasi se font courser par les chiens. J’ai trouvé la rencontre avec Richard intéressante. J’ai appris des choses que je ne connaissais pas. J’ai été un peu déçu de nous quand on a mangé rapidement toutes les chouquettes et quand certains rigolaient alors qu’on posait des questions à Richard. Sinon c’était très bien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adem : Moi, ce que j’ai aimé, c’est quand les deux samouraïs se faisaient poursuivre par les dobermans ! Ce qui m’a le plus ému c’est quand Jamel est tombé du haut de l’arbre et après sa tante a failli se suicider. Heureusement que les Yamakasi étaient là pour faire une technique pour ralentir la chute, c’était magnifique. Ce qui m’a fait le plus peur c’est quand les policiers ont jeté des fumigènes, j’ai cru qu’ils allaient s’étouffer. A propos de la rencontre avec Richard, ce qui m’a plu c’est quand il a dit qu’il avait fait du foot quand il était petit (comme moi). En plus Richard nous a dit que c’était autorisé de faire du parkour en ville si on reste dans l’espace public. Mais il faut faire attention à ne pas se blesser. Quand il est venu nous voir Richard n’a pas voulu nous faire de démonstration car il n’était pas échauffé et qu’il ne voulait pas se donner en spectacle à chaque fois qu’on lui demande.

Rojin : Nous avons regardé le film Yamakasi et j’ai bien aimé, surtout quand ils montent sur les toits. La rencontre avec Richard était bien et j’ai trouvé que Richard était cool.

Yazid : J’avais déjà vu le film puisque c’est ma passion le parkour. J’ai eu cette passion en regardant des vidéos puis après je me suis entrainé. La rencontre avec Richard était bien, il était gentil avec nous.