Projet journalisme

L’atelier relais à la rencontre du Maire de Grand-Couronne

Par GUILLAUME SALEIX, publié le vendredi 17 novembre 2017 09:48 - Mis à jour le dimanche 17 décembre 2017 19:32
9.jpg
Jeudi 5 octobre 2017, l’atelier relais est allé à la rencontre du Maire de Grand-Couronne. Cet article écrit par les élèves raconte l’évènement.

Le maire nous a d’abord expliqué à quoi servait l’argent de la ville : l'argent de la ville part dans les équipements, les écoles, salles de spectacles, les crèches, les terrains de foot, etc. Nous lui avons demandé aussi s'il gardait de l’argent pour lui : premièrement, ça l'a fait rigoler, il nous a répondu que non il n'en gardait pas. Les intérêts de la ville restent pour la ville et le Maire n'a ni chèque ni espèces, ni autre. Il ne fait que signer des mandats qui donnent l’ordre au percepteur de payer au nom de la ville. Le Maire nous a dit qu'il n'y avait vraiment aucune confusion entre ses revenus personnels et ceux de la ville.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Maire nous a expliqué qu'il ne pouvait pas tout décider. Par exemple, il y a un groupe scolaire qui est très chargé dans la ville, 29 élèves par classe. Le Maire a demandé à ouvrir une classe supplémentaire, cela n'a pas été accepté. Le Maire nous a par contre expliqué qu'il a interdit l’alcool sur la voie publique.

 

 

 

 

 

 

Nous avons demandé au Maire s'il aimait bien faire des mariages : il nous a répondu que oui il adorait ça parce que c'est l'occasion de rencontres. C'est aussi l'occasion de passer un bon moment avec les habitants de manière détendue. Le Maire aime aussi beaucoup faire des noces d'or (pour 50 années de mariage), de diamant (pour 60 années) et plus rarement des noces de platine (70 années) et il offre un petit cadeau aux gens qui fêtent leur anniversaire de mariage.

 

 

 

 

 

 

 

 

Patrice Dupray nous a dit qu'il n'a pas forcément voulu devenir Maire, il a eu beaucoup d'actions syndicales avec la CGT, ce qui l'a amené à rencontrer l'ancien Maire de Grand-Couronne à cette époque. C'est cette personne qui l'a intégré dans des actions politiques et à la fin du mandat de l'ancien Maire en mai 1995, il a pris le flambeau. Puis après 17 ans de mandat, il a décidé d'arrêter pour laisser sa place à Michel Lamazouade qui est malheureusement décédé. Compte tenu de ses activités de Maire Adjoint, c'est lui qui a repris le mandat de Maire.

Nous avons aussi demandé au Maire pourquoi il avait accepté de répondre à nos questions. Voici sa réponse :

 

Nous avons demandé au Maire « ce que signifiait être communiste ». Le maire nous a dit que c'était être un homme et une femme comme les autres avec des idées bien accrochées afin de ne faire aucune différence entre les gens. Il pense que les privilèges, les avantages, ne doivent pas toujours être pour les mêmes, il faut faire en sorte que tout le monde ait une vie harmonieuse, pour permettre de vivre dignement avec des ressources.

Enfin, nous avons demandé au Maire pourquoi il prêtait la maison que nous occupons pour l'atelier relais. Vous pouvez écouter ses mots :

 

Un article rédigé par Benjamin, Corine, Enzo, Melvin (élèves de 4ème) accompagnés par Guillaume VIGER (CEMEA de Normandie)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le making of :

Benjamin : « Moi j'ai pensé que l'accueil était très bien, j’ai bien aimé faire la photo au-dessous de Marianne. Le Maire nous a accueillis dans une salle de réunion, il y avait des boissons et des gâteaux ».

Corine : « Le Maire nous a reçus dans une salle de réunion, ça s'est super bien passé, il nous a mis à l'aise. Il y avait son collègue (directeur de cabinet) et un journaliste. A la fin de notre rendez-vous on pouvait manger, il y avait des gâteaux et à boire ».

Enzo : « J'ai pensé que la visite avec le Maire était très bien, on a eu un merveilleux accueil, Le Maire a répondu à toutes nos questions, j'ai vraiment adoré ».

Melvin : « Nous sommes allés à la Mairie de Grand-Couronne à pieds sous la pluie. Nous avons appris des choses sur la fonction de Maire. »